Lucky de Bryon Ehrhart, vainqueur en temps réel
25 août 2017
« EXTRAORDINARY WORLD » : le concert de DURAN DURAN
9 septembre 2017

L’Ottavo Peccato de Francesco de Nicolo remporte cette 13e édition

Victoire de Lucky de Bryon Ehrhart (en temps réel)

 

Le Reichel/Pugh de 63 pieds aux couleurs du New-York Yacht Club porte décidément bien son nom. Lucky, de l’armateur américain Bryon Ehrhart a franchi la ligne d’arrivée de la 13e Palermo-Montecarlo à 6h49 jeudi matin remportant ainsi le Trofeo Giuseppe Tasca d’Almerita. Il termine donc premier de la course en temps réel en 66 heures, 46 minutes et 03 secondes bien loin du record détenu depuis 2015 par le maxi de 100 pieds Esimit Europa 2 en 47 heures, 46 minutes et 48 secondes. Mais la première place en temps compensé revient à L’Ottavo Peccato de Francesco de Nicolo qui remporte ainsi le Trofeo Angelo Randazzo.
L’IMOCA 60’ Malizia II n’a pas pu rattraper son retard lors de la remontée de la Corse. Arrivé vendredi matin à 10H29, il termine deuxième en temps réel.

 

 

 

Du beau monde pour cette 13e édition

Organisée par le Circolo della Vela Sicilia, en collaboration avec le Yacht Club de Monaco et le Yacht Club Costa Smeralda, cette course (dont le départ a été donné lundi 21 août dans le Golfe de Mondello) qui réunissait 44 bateaux de neuf nationalités dont six unités dans la classe Maxi, est également la quatrième et dernière étape du Mediterranean Maxi Offshore Challenge 2017 de l’International Maxi Association (IMA). Cette édition est source de grande satisfaction pour Agostino Randazzo, président du Circolo della Vela Sicilia « C’était une superbe course mais non sans difficulté, alternant conditions musclées et manque d’air. La moitié du plateau est internationale, ce qui témoigne du développement de l’évènement et de sa réputation. Il continue d’attirer des bateaux de plus en plus prestigieux J’espère que l’IMOCA 60’ Malizia II reviendra l’année prochaine pour relever de nouveau ce défi. »

 

Malizia II engrange des milles

Véritable bête de course, le 60 pieds Malizia II enchaine les régates au même titre que les performances. C’est à 10h29 vendredi matin que l’IMOCA aux couleurs de la Principauté barré par Boris Herrmann, a rallié les côtes monégasques terminant ainsi second en temps réel en 3 jours 22 heures, 29 minutes et 40 secondes. « Le bateau réagit très bien dans tous types de temps. Nous avons énormément navigué avec lui et nous connaissons bien son potentiel. Il a réalisé une très belle course. Seul le manque de vent aux abords de la Corse nous aura un peu ralenti mais ce fut une belle expérience » a réagit Boris à son arrivée à terre. Ce résultat fait d’ailleurs écho au podium décroché par le bateau monégasque un peu plus tôt dans le mois à l’issue de la Rolex Fastnet Race, course à laquelle Pierre Casiraghi était associé.

S’il s’agit de la première participation d’un IMOCA 60’ à foils, son barreur est quant à lui bel et bien habitué de la course au large, affichant à son palmarès plusieurs tours du monde en compagnie des plus grands noms de la voile. C’est aux côtés de Valentin Zavadnikov et Matteo Marenghi Vaselli, deux membres du Y.C.M. et assistés par Milena Schoenahl, que le navigateur allemand (également équipier sur le GC32 Malizia de Pierre Casiraghi) s’est élancé dans cette course hauturière de 500 milles nautiques entre la Sicile et Monaco. Accueilli le 7 juin dernier dans la flotte monégasque, l’IMOCA 60’ a depuis fait du chemin, comptabilisant près de 10.000 milles nautiques de navigation.

 

 

La tactique pour option

Placé dans le groupe de tête dès le départ, Malizia II a opté pour une option plus à l’Est que celle de son concurrent américain direct Lucky barré Bryon Ehrhart. Un voilier puissant et déjà habitué à jouer les premiers rôles sur de grands rendez-vous. En effet, le Reichel/Pugh 63 affiche plusieurs victoires à son actif telles que la Rolex Sydney Hobart en 2011 sous le nom de Loki ou encore la Transatlantique Race de 2015. Le bateau du New-York Yacht Club signe finalement ici une belle performance en 66 heures, 46 minutes et 03 secondes (en temps réel) après avoir acceléré le rythme à la sortie des Bouches de Bonifaccio. « C’était une course très technique surtout entre la Sardaigne et la Corse, qui a mis les nerfs à rude épreuve. Beaucoup de régatiers européens présents connaissaient cet évènement pour y avoir déjà participé. C’était un véritable challenge de naviguer contre eux » déclarait son barreur dès son arrivée en Principauté. Tonnerre de Glen de Dominique Tian termine troisième en temps réel. La première place en temps compensé revient à L’Ottavo Peccato de Francesco de Nicolo qui remporte ainsi le Trofeo Angelo Randazzo « C’était notre première Palermo-Montecarlo et même si nous visions un bon résultat, la victoire nous a surpris. La course a été très difficile, notamment lorsque nous sommes restés 18 heures sans vent. Mais l’équipage n’a jamais baissé les bras et s’est battu jusqu’au bout. »

Peu de place à l’improvisation tactique tant les conditions météorologiques ont réduit le champ des possibles obligeant les participants à naviguer au près serré durant les premières 24 heures de course. De quoi ralentir l’ambition de certains, contraints de rester accroché à la flotte. Le vent faible de secteur Ouest variable puis Sud a ensuite pris le relais, ralentissant les prétendants au record. Celui-ci reste détenu depuis 2015 par Esimit Europa 2 en 47 heures, 46 minutes et 48 secondes. ‎

 

 

Palmarès de la 13e édition de la Palermo-Montecarlo

Temps réel à Monaco – « Palermo Montecarlo Trofeo Tasca d’Almerita »
1er en temps réel : Lucky barré par Byron Ehrhat en 66 heures, 46 minutes et 03 secondes.

2. Malizia II (MON) – Boris Herrmann
3. Tonerre de Glen (FRA) – Dominique Tian

 

Temps compensé – « Palermo Montecarlo Trofeo Angelo Randazzo »
1er en temps compensé : L’Ottavo Peccato (ITA) de Francesco de Nicolo

 

IRC >>
1. IRC « Palermo Montecarlo» Lucky (USA) – Byron Ehrhat
2. IRC « Palermo Montecarlo L’Ottavo Peccato (ITA) – Francesco de Nicolo

3. IRC « Palermo Montecarlo» Jivaro (FRA) – Yves Grosjean

 

ORC >>

1. ORC « Palermo Montecarlo L’Ottavo Peccato (ITA) – Francesco de Nicolo

2. ORC « Palermo Montecarlo Cheyenne (ESP) – Oriani Duchene de Vere Tommaso 

3. ORC « Palermo Montecarlo Quattrogatti Making Waves (ITA) – Andrea Casini

 

Victoire de Lucky de Bryon Ehrhart (en temps réel)

 

Le Reichel/Pugh de 63 pieds aux couleurs du New-York Yacht Club porte décidément bien son nom. Lucky, de l’armateur américain Bryon Ehrhart a franchi la ligne d’arrivée de la 13e Palermo-Montecarlo à 6h49 jeudi matin remportant ainsi le Trofeo Giuseppe Tasca d’Almerita. Il termine donc premier de la course en temps réel en 66 heures, 46 minutes et 03 secondes bien loin du record détenu depuis 2015 par le maxi de 100 pieds Esimit Europa 2 en 47 heures, 46 minutes et 48 secondes. Mais la première place en temps compensé revient à L’Ottavo Peccato de Francesco de Nicolo qui remporte ainsi le Trofeo Angelo Randazzo.
L’IMOCA 60’ Malizia II n’a pas pu rattraper son retard lors de la remontée de la Corse. Arrivé vendredi matin à 10H29, il termine deuxième en temps réel.

 

 

 

Du beau monde pour cette 13e édition

Organisée par le Circolo della Vela Sicilia, en collaboration avec le Yacht Club de Monaco et le Yacht Club Costa Smeralda, cette course (dont le départ a été donné lundi 21 août dans le Golfe de Mondello) qui réunissait 44 bateaux de neuf nationalités dont six unités dans la classe Maxi, est également la quatrième et dernière étape du Mediterranean Maxi Offshore Challenge 2017 de l’International Maxi Association (IMA). Cette édition est source de grande satisfaction pour Agostino Randazzo, président du Circolo della Vela Sicilia « C’était une superbe course mais non sans difficulté, alternant conditions musclées et manque d’air. La moitié du plateau est internationale, ce qui témoigne du développement de l’évènement et de sa réputation. Il continue d’attirer des bateaux de plus en plus prestigieux J’espère que l’IMOCA 60’ Malizia II reviendra l’année prochaine pour relever de nouveau ce défi. »

 

Malizia II engrange des milles

Véritable bête de course, le 60 pieds Malizia II enchaine les régates au même titre que les performances. C’est à 10h29 vendredi matin que l’IMOCA aux couleurs de la Principauté barré par Boris Herrmann, a rallié les côtes monégasques terminant ainsi second en temps réel en 3 jours 22 heures, 29 minutes et 40 secondes. « Le bateau réagit très bien dans tous types de temps. Nous avons énormément navigué avec lui et nous connaissons bien son potentiel. Il a réalisé une très belle course. Seul le manque de vent aux abords de la Corse nous aura un peu ralenti mais ce fut une belle expérience » a réagit Boris à son arrivée à terre. Ce résultat fait d’ailleurs écho au podium décroché par le bateau monégasque un peu plus tôt dans le mois à l’issue de la Rolex Fastnet Race, course à laquelle Pierre Casiraghi était associé.

S’il s’agit de la première participation d’un IMOCA 60’ à foils, son barreur est quant à lui bel et bien habitué de la course au large, affichant à son palmarès plusieurs tours du monde en compagnie des plus grands noms de la voile. C’est aux côtés de Valentin Zavadnikov et Matteo Marenghi Vaselli, deux membres du Y.C.M. et assistés par Milena Schoenahl, que le navigateur allemand (également équipier sur le GC32 Malizia de Pierre Casiraghi) s’est élancé dans cette course hauturière de 500 milles nautiques entre la Sicile et Monaco. Accueilli le 7 juin dernier dans la flotte monégasque, l’IMOCA 60’ a depuis fait du chemin, comptabilisant près de 10.000 milles nautiques de navigation.

 

 

La tactique pour option

Placé dans le groupe de tête dès le départ, Malizia II a opté pour une option plus à l’Est que celle de son concurrent américain direct Lucky barré Bryon Ehrhart. Un voilier puissant et déjà habitué à jouer les premiers rôles sur de grands rendez-vous. En effet, le Reichel/Pugh 63 affiche plusieurs victoires à son actif telles que la Rolex Sydney Hobart en 2011 sous le nom de Loki ou encore la Transatlantique Race de 2015. Le bateau du New-York Yacht Club signe finalement ici une belle performance en 66 heures, 46 minutes et 03 secondes (en temps réel) après avoir acceléré le rythme à la sortie des Bouches de Bonifaccio. « C’était une course très technique surtout entre la Sardaigne et la Corse, qui a mis les nerfs à rude épreuve. Beaucoup de régatiers européens présents connaissaient cet évènement pour y avoir déjà participé. C’était un véritable challenge de naviguer contre eux » déclarait son barreur dès son arrivée en Principauté. Tonnerre de Glen de Dominique Tian termine troisième en temps réel. La première place en temps compensé revient à L’Ottavo Peccato de Francesco de Nicolo qui remporte ainsi le Trofeo Angelo Randazzo « C’était notre première Palermo-Montecarlo et même si nous visions un bon résultat, la victoire nous a surpris. La course a été très difficile, notamment lorsque nous sommes restés 18 heures sans vent. Mais l’équipage n’a jamais baissé les bras et s’est battu jusqu’au bout. »

Peu de place à l’improvisation tactique tant les conditions météorologiques ont réduit le champ des possibles obligeant les participants à naviguer au près serré durant les premières 24 heures de course. De quoi ralentir l’ambition de certains, contraints de rester accroché à la flotte. Le vent faible de secteur Ouest variable puis Sud a ensuite pris le relais, ralentissant les prétendants au record. Celui-ci reste détenu depuis 2015 par Esimit Europa 2 en 47 heures, 46 minutes et 48 secondes. ‎

 

 

Palmarès de la 13e édition de la Palermo-Montecarlo

Temps réel à Monaco – « Palermo Montecarlo Trofeo Tasca d’Almerita »
1er en temps réel : Lucky barré par Byron Ehrhat en 66 heures, 46 minutes et 03 secondes.

2. Malizia II (MON) – Boris Herrmann
3. Tonerre de Glen (FRA) – Dominique Tian

 

Temps compensé – « Palermo Montecarlo Trofeo Angelo Randazzo »
1er en temps compensé : L’Ottavo Peccato (ITA) de Francesco de Nicolo

 

IRC >>
1. IRC « Palermo Montecarlo» Lucky (USA) – Byron Ehrhat
2. IRC « Palermo Montecarlo L’Ottavo Peccato (ITA) – Francesco de Nicolo

3. IRC « Palermo Montecarlo» Jivaro (FRA) – Yves Grosjean

 

ORC >>

1. ORC « Palermo Montecarlo L’Ottavo Peccato (ITA) – Francesco de Nicolo

2. ORC « Palermo Montecarlo Cheyenne (ESP) – Oriani Duchene de Vere Tommaso 

3. ORC « Palermo Montecarlo Quattrogatti Making Waves (ITA) – Andrea Casini