A l’occasion du Monaco Yacht Show, le Yacht Club de Monaco a organisé son 23eme Captain’s Forum, en collaboration avec Ascoma Maritime. Cet événement annuel dont l’objectif est de rassembler les Capitaines de Superyachts pour un moment de partage et de convivialité, représente à la fois une opportunité de les remercier de leur fidélité au fil des saisons.

Cette année, le Y.C.M qui occupe une place unique dans le monde de la grande plaisance internationale, à voulu réunir ces acteurs autour de deux thèmes : la préservation de l’environnement marin et « l’excellence à bord ». Ainsi, dans un premier temps a été abordé un sujet déterminant pour l’avenir du yachting : La pollution sonore et dans un second temps les instructeurs du pôle d’excellence « La Belle Classe Academy » du Y.C.M ont présenté leur formation.

 

 

 

C’est sur la terrasse du Yacht Club de Monaco surplombant la marina, que les capitaines ont été amenés à réfléchir à travers le sujet « 20 000 bruits sous les mers » aux impacts de la pollution sonore de leur navire. Le professeur Michel André ; Directeur du Laboratoire d’Applications Bioacoustiques de l’Université Polytechnique de Catalogne, BarceloneTech (UPC), a présenté l’impact acoustique des activités humaines sur la faune marine. Aujourd’hui, des milliers d’espèces dont le son est essentiel pour communiquer, s’orienter ou encore trouver leur nourriture, sont bouleversées en raison du déferlement sonore des transports maritimes, forages, constructions offshores ou encore de la navigation de plaisance, qui masque les sons naturels de l’océan. Entouré des Capitaines Sean Meagher (M/Y Latitude – 52 m), Michael Zerr (S/Y A – 143m) et Fraser Gow (M/Y Gene Machine – 55m), ces derniers ont interrogé le spécialiste sur les solutions et technologies existantes pour réduire leurs empreintes sonores, à l’instar des oreilles intelligentes ou des capteurs de bruits qui permettent notamment de cartographier les zones les plus touchées par ces nuisances. Ils se sont aussi penchés sur les législations et programmes pour permettre de revenir à un niveau sonore « correcte », avec comme exemple de mesures envisagées : le contournement des aires marines protégées pour les navires les plus bruyants ou encore avec une présentation du programme international LIDO (Listen to the Deep Ocean, http://listentothedeep.com) un instrument de mesure acoustique qui permet une approche globale de la pollution sonore marine qui aide les gouvernements à légiférer et accompagne les acteurs industriels dans leurs efforts de limiter leur signature acoustique dans l’océan.

« Le son est synonyme de vie dans les océans. Polluer ce canal vital de communication est condamner la mer à un déséquilibre irréversible. Aujourd’hui, nous avons à notre disposition des technologies de pointe qui permettent d’analyser et de mitiger la pollution sonore d’origine anthropique pour retrouver un équilibre acoustique durable pour les générations à venir. Pour cela, nous avons besoin du concours de tous et les grands yachts peuvent jouer un rôle essentiel : non seulement pour la collecte de données avec l’enregistrement des paysages sonores qu’ils traversent dans les régions les moins accessibles, mais aussi en donnant l’exemple aux plus gros navires pour l’utilisation de moteurs moins bruyants affectant moins la biodiversité marine. » a commenté le Professeur Michel André.

Les capitaines qui constituaient le panel d’experts de la 23ème édition du Captain’s forum ont accueilli favorablement cette idée et comme le soulignait Michael Zerr, Capitaine du A « la contribution à la connaissance scientifique est devenue une nécessité à laquelle tout acteur de la mer se doit de participer. »

Quant au Capitaine Sean Meagher a insisté sur la nécessité d’adopter des mesures technologiques pour limiter au maximum l’empreinte acoustique dans les océans. Les grands yachts ne sont pas les contributeurs majeurs de la pollution sonore marine, l’accès privilégié qu’ils ont dans les régions les plus éloignées des océans leur confère une responsabilité ajoutée, à l’heure d’explorer les derniers recoins encore vierges de la planète.

Notre partenaire Ascoma Maritime, Nicolas Mior a souligné la nouvelle législation de l’union européenne adoptée visant à instaurer des sources marines saines d’ici à 2020, notamment une disposition garantissant que le bruit sous-marin ne « nuit pas » à la vie marine. « Les moteurs dit il peuvent être rendus plus silencieux en les élevant hors de leur plancher ou en utilisant des hélices conçues pour réduire la cavitation – la création de minuscules bulles qui éclatent bruyamment lorsqu’elles explosent. Il souligne également que la plupart des mesures visant à calmer les navires vont de pair avec une réduction de la consommation de carburant. »

 

 

 

L’échange a continué sur le Centre d’excellence « La Belle Classe-Academy » du Y.C.M où a été présenté les nouvelles formations 2019-2020.

Les instructeurs Claire Ferandier, Environnemental Training for Yacht Crew, Yan Pearson pour les évolutions du Polar Code, Giorgio Rocchino instructeur “Destination Barman” et Gianfranco Meggiorin de Navimeteo pour les prochaines formations Monaco Weather Lab ont présenté les formations qu’ils vont dispenser au cours de l’année afin d’amener l’excellence à bord de chaque navire.

 

Cet événement unique s’est terminé sur une série de questions/réponses entre les spécialistes présents et les capitaines animés par les échanges de la matinée.

Une nouvelle fois, le Y.C.M a su à travers son Captains’ Forum fédérer des acteurs du yachting autour de son « Art de vivre la mer ».

Prochain Captain ‘s Forum 26 mars 2020 à l’occasion de la Monaco Ocean Week, une série de conférences dans le cadre de la journée « La Belle Classe Superyachts Explorers » au YCM. Pour plus d’informations, merci de contacter Cristina RUIZ, Superyachts Relation Manager YCM, par email : c.ruiz@ycm.org