1er Monaco Globe Series
1-8 juin 2018

 

Tout reste encore à écrire sur ces Monaco Globe Series, course en double, sans escale et sans assistance, organisée par le Yacht Club de Monaco. Cette étape, qui s’inscrit comme le coup d’envoi du nouveau championnat du monde IMOCA 2018/2020, réserve décidément bien des surprises aux neuf bateaux en lice.

 

Rien ne sert de courir

 

La remontée de la Sardaigne était la promesse de possibles changements dans le classement au regard des deux systèmes météo annoncés. Les prévisions se sont confirmées dans la nuit de mardi à mercredi tant la flotte s’est regroupée. En effet, 600 milles après le départ, les concurrents se retrouvent en configuration régate, « quasiment du jamais vu en IMOCA » analyse la direction de course, « le vent était régulier pendant la nuit puis ils ont traversé une zone un peu plus light et mercredi matin ils ont de nouveau touché du vent, un flux de sud, sud-ouest. »
Alors que le trio de tête, composé de Monin, SMA et Kilcullen Team Ireland, donnait le ton depuis le début de course, le rythme s’est par la suite accéléré avec le retour en force de Newrest – Art & Fenêtres, Malizia II, et Bureau Vallée 2 qui ont opéré une superbe remontée pour venir recoller au paquet de tête. Le 60 pieds monégasque qui a par ailleurs parcouru 223 milles ces dernières 24 heures et enregistré une vitesse de 17 noeuds.

 

 

 

Si l’ensemble des concurrents a décidé de s’éloigner des côtes sardes pour tenter de se rapprocher d’une zone de vent, d’autres, à l’image d’Isabelle Joschke et Alain Gautier (Monin) ont joué le jeu à l’extrême en se plaçant le plus à l’ouest de la flotte. Un choix qui n’a pas vraiment payé les obligeant à empanner dès les premières lueurs du jour pour ne plus se faire distancer. « La Méditerranée est vraiment fidèle à sa réputation » reconnait la navigatrice, « après quelques heures ingrates où nous avons vu nos concurrents s’enfuir dans la risée, nous voilà repartis. Combien de temps est-ce que cela va durer ? Je ne sais pas. En tout cas la route est encore longue. »

 

Ne rien lâcher

 

 

Le tempo n’a pas ralenti à l’approche de Port-Cros dans le Var où SMA et Newrest – Art & Fenêtre ont joué les prolongations dans cette guerre des nerfs. Les passionnés de voile ont ainsi pu assister en direct à une belle leçon de Match Race grâce au tracking live retransmis sur les écrans du Y.C.M., mais également disponible sur son site www.yacht-club-monaco.mc . « On ne lâche rien ! » a indiqué Fabrice Amedeo associé à Eric Peron (Newrest – Art & Fenêtre), naviguant à quelques centaines de mètres de Paul Meilhat et Gwénolé Gahinet sur SMA.
A l’arrière, la pression ne redescend pas d’un iota entre Boulogne Billancourt, Groupe Setin et 4MyPlanet2 qui en fin de journée ont passé la seconde, lancés à pleine vitesse (moyenne de 15 noeuds) pour tenter de réduire l’écart.
La situation météorologique instable permet difficilement de se prononcer sur des prévisions en termes d’intensité mais aussi de direction du vent. Une incertitude qui entretient donc le suspense quant au classement et aux heures d’arrivée des premiers concurrents. Des arrivées estimées entre 5h00 du matin et milieu d’après-midi jeudi 7 juin.

 

Classement au dernier relevé du 06/06/2018 à 17h00 :
1. SMA – Paul Meilhat / Gwénolé Gahinet
2. Newrest – Art & Fenêtres – Fabrice Amedeo / Eric Peron
3. Kilcullen Team Ireland – Joan Mulloy / Thomas Ruyant
4. Malizia II -Yacht Club de Monaco – Pierre Casiraghi / Boris Herrmann
5. Monin – Isabelle Joschke / Alain Gautier
6. Bureau Vallée 2 – Louis Burton / Arthur Hubert
7. Boulogne Billancourt – Stéphane Le Diraison / Stan Maslard
8. Groupe Setin – Manuel Cousin / Alan Roura
9. 4myplanet2 – Alexia Barrier / Pierre Quirogea

A vos agendas

Vendredi 8 juin 2018                                 18h00 : Cérémonie de remise des prix

1er Monaco Globe Series
1-8 juin 2018

 

Tout reste encore à écrire sur ces Monaco Globe Series, course en double, sans escale et sans assistance, organisée par le Yacht Club de Monaco. Cette étape, qui s’inscrit comme le coup d’envoi du nouveau championnat du monde IMOCA 2018/2020, réserve décidément bien des surprises aux neuf bateaux en lice.

 

Rien ne sert de courir

 

La remontée de la Sardaigne était la promesse de possibles changements dans le classement au regard des deux systèmes météo annoncés. Les prévisions se sont confirmées dans la nuit de mardi à mercredi tant la flotte s’est regroupée. En effet, 600 milles après le départ, les concurrents se retrouvent en configuration régate, « quasiment du jamais vu en IMOCA » analyse la direction de course, « le vent était régulier pendant la nuit puis ils ont traversé une zone un peu plus light et mercredi matin ils ont de nouveau touché du vent, un flux de sud, sud-ouest. »
Alors que le trio de tête, composé de Monin, SMA et Kilcullen Team Ireland, donnait le ton depuis le début de course, le rythme s’est par la suite accéléré avec le retour en force de Newrest – Art & Fenêtres, Malizia II, et Bureau Vallée 2 qui ont opéré une superbe remontée pour venir recoller au paquet de tête. Le 60 pieds monégasque qui a par ailleurs parcouru 223 milles ces dernières 24 heures et enregistré une vitesse de 17 noeuds.

 

 

 

Si l’ensemble des concurrents a décidé de s’éloigner des côtes sardes pour tenter de se rapprocher d’une zone de vent, d’autres, à l’image d’Isabelle Joschke et Alain Gautier (Monin) ont joué le jeu à l’extrême en se plaçant le plus à l’ouest de la flotte. Un choix qui n’a pas vraiment payé les obligeant à empanner dès les premières lueurs du jour pour ne plus se faire distancer. « La Méditerranée est vraiment fidèle à sa réputation » reconnait la navigatrice, « après quelques heures ingrates où nous avons vu nos concurrents s’enfuir dans la risée, nous voilà repartis. Combien de temps est-ce que cela va durer ? Je ne sais pas. En tout cas la route est encore longue. »

 

Ne rien lâcher

 

 

Le tempo n’a pas ralenti à l’approche de Port-Cros dans le Var où SMA et Newrest – Art & Fenêtre ont joué les prolongations dans cette guerre des nerfs. Les passionnés de voile ont ainsi pu assister en direct à une belle leçon de Match Race grâce au tracking live retransmis sur les écrans du Y.C.M., mais également disponible sur son site www.yacht-club-monaco.mc . « On ne lâche rien ! » a indiqué Fabrice Amedeo associé à Eric Peron (Newrest – Art & Fenêtre), naviguant à quelques centaines de mètres de Paul Meilhat et Gwénolé Gahinet sur SMA.
A l’arrière, la pression ne redescend pas d’un iota entre Boulogne Billancourt, Groupe Setin et 4MyPlanet2 qui en fin de journée ont passé la seconde, lancés à pleine vitesse (moyenne de 15 noeuds) pour tenter de réduire l’écart.
La situation météorologique instable permet difficilement de se prononcer sur des prévisions en termes d’intensité mais aussi de direction du vent. Une incertitude qui entretient donc le suspense quant au classement et aux heures d’arrivée des premiers concurrents. Des arrivées estimées entre 5h00 du matin et milieu d’après-midi jeudi 7 juin.

 

Classement au dernier relevé du 06/06/2018 à 17h00 :
1. SMA – Paul Meilhat / Gwénolé Gahinet
2. Newrest – Art & Fenêtres – Fabrice Amedeo / Eric Peron
3. Kilcullen Team Ireland – Joan Mulloy / Thomas Ruyant
4. Malizia II -Yacht Club de Monaco – Pierre Casiraghi / Boris Herrmann
5. Monin – Isabelle Joschke / Alain Gautier
6. Bureau Vallée 2 – Louis Burton / Arthur Hubert
7. Boulogne Billancourt – Stéphane Le Diraison / Stan Maslard
8. Groupe Setin – Manuel Cousin / Alan Roura
9. 4myplanet2 – Alexia Barrier / Pierre Quirogea

A vos agendas

Vendredi 8 juin 2018                                 18h00 : Cérémonie de remise des prix