Ils étaient près d’un millier de navigateurs, sur des voiliers, des motor-yachts, des canots, des Riva, des yoles, soit 115 unités, qui sont repartis avec des paillettes au fond des yeux et de magnifiques souvenirs au cœur, affirmant qu’ils reviendraient dans deux ans. Tous ont été séduits par le nouveau siège du Y.C.M., inauguré en juin 2014 et dessiné par Lord Norman Foster, dans un style intemporel, où le classicisme qui sied au Yacht Club de Monaco, se mêle harmonieusement à des lignes épurées caractéristiques de l’architecte britannique.  
 
 
 
La Monaco Classic Week – La Belle Classe a ceci d’unique qu’elle comble tout le monde, les sportifs et les fêtards, les défenseurs du patrimoine, les amateurs du confort douillet des motor-yachts, et ceux qui aiment les bords de près dans des conditions musclées. Une semaine, dédiée à « l’Art de Vivre la Mer », alternant épreuves nautiques, concours culinaire, artistique et d’élégance.
 
Ce rassemblement unique au monde des embarcations de toute nature qui ont marqué leur époque au temps de leur lancement, permettait cette année de voir l’évolution des bateaux de régate de 1885 à 1975. Comme le disait Eric Tabarly : «  Se promener sur le quai, c’est feuilleter un livre ouvert qui raconte l’histoire du yachting ».
 
Venue pour sensibiliser les équipages aux actions qu’elle mène en ce moment pour la défense du climat à travers la remise d’un pavillon « Océan-climate », Catherine Chabaud ne s’attendait visiblement pas à cet honneur. Elle a été très émue de se voir remettre le prix de la « Personnalité de la mer 2015 », par Bernard d’Alessandri, Secrétaire Général du YCM et Patrick Poivre d’Arvor, membre du jury chargé de la présenter à la très nombreuse assistance. 
Première femme à avoir terminé un Vendée Globe, course autour du monde en solitaire sans escale, Catherine Chabaud est très impliquée dans le Conférence sur le Climat COP21 organisée par le gouvernement français en décembre prochain : « C’est un moment à la fois très grave et formidable. C’est l’affaire des Etats bien entendu, mais c’est aussi l’affaire de tous. On a tous en commun que les océans sont notre avenir, et qu’il faut absolument faire entendre la voix de l’océan à Paris en 2015 ».
 
Le sens de la fête monégasque a fait le reste pour la réussite complète de ces quelques jours, à l’instar d’une grande table de 450 convives, dressée tout le long du quai pour déguster une gigantesque bouillabaisse. Un véritable coup de force de Christian Plumail, le chef du Yacht Club de Monaco. S.A.S. le Prince Albert II, président du Yacht Club de Monaco depuis 1984, a tenu à participer à la célébration du plus ancien voilier présent, Partridge, cent trente ans d’âge. Quelle cuvée ! Décidément, il n’y a pas que dans les vignobles que le millésime 2015 s’avère excellent.  

Rendez-vous du 13 au 17 septembre 2017 pour la prochaine Monaco Classic Week
 
 MCW15sg_13052

 

Morwenna décroche le Trophée Monaco Classic Week 2015

 
Le grand vainqueur de cette édition est le voilier Morwenna, à qui Pierre Casiraghi, vice-président du Yacht Club de Monaco, a remis le Trophée Monaco Classic Week 2015, aux côtés notamment d’Allegra Gucci et des membres du Jury.
Morwenna remporte également le Prix « La Belle Classe Restauration » toutes classes, l’un des plus prisés de ce rendez-vous biannuel. C’est une reconnaissance pour le travail du Chantier du Guip. Les Brestois ont totalement et magnifiquement restauré en 2013 cette goélette anglaise lancée en 1914 au chantier Stowe & Sons de Shareham (West Sussex) sur plans de Linton Hope, connu pour avoir dessiné les bateaux de l’expédition militaire de Mac Donald sur le Nil jusqu’au Soudan. 
 
 

A Patna, le Trophée du Concours d’élégance.

 
Très apprécié des propriétaires et des équipages, le Concours d’élégance, présidé par la Princesse Beatriz de Orleans-Borbon, a été remporté par Patna. Entièrement restauré par son propriétaire Greg Powlesland, connu pour avoir déjà restauré le plan Nicholson de 1892 Marigold, Patna est un plan Nicholson de 1920, qui, d’après sa co-propriétaire Katie Fontana « était la fierté de la Côte Est de l’Angleterre ». Depuis 2014, Patna, qui a retrouvé son gréement de yawl aurique d’origine, et possède une très jolie annexe à clin fabriquée par Gregnavigue en Méditerranée, participant pour la première fois en 2015 à la Monaco Classic Week.
 
 
MCW15sg_12896
 
 

Le palmarès des régates : 

 
La classe des voiliers d’époque à gréement aurique réunit les bateaux les plus anciens, qui forcent le respect envers leur constructeur et leurs armateurs actuels, qui continuent à les faire naviguer, au prix de restaurations méticuleuses. 
 
·        En 15 M JI, Tuiga a gagné à Palma mais c’est Mariska qui s’impose à Monaco, où il a remporté quatre manches sur cinq. Il reste deux rencontres du Trophée annuel des 15 M JI, mis en place par l’Association des quatre armateurs des Quinze Mètre pour détrôner Mariska, détenteur du Trophée depuis deux ans. Rien n’est donc joué!  
 
·        Elena of London, la réplique fidèle lancée en 2009 d’une goélette de l’architecte américain Nathanael Herreshoff de 1916 a remporté la régate « Big Boats », qui regroupe les bateaux de plus de 23 m et qu’elle a dominé de ses 45 mètres. 
 
·        Dans la catégorie « Epoque aurique », Olympian, lancé en 1914, s’impose devant Chinook, un NewYork 40, série de One Design de Nathanal Herreshoff et Eva, un cotre aurique de 13,50 m, plan n°505 de William Fife III.
 
·        En « Epoque Marconi », la victoire revient à Manitou, un plan d‘Olin Stephens lancé en 1937, qui fut un temps le yacht présidentiel de John F. Kennedy. Le ketch a mené la vie dure à Rowdy. Le troisième, Carron II, est un nouveau venu en Principauté. Ce très beau 8 M JI lancé au chantier de la Clyde en 1935, a été restauré par Fairlie Restorations à Southampton.
 
·        Dans la classe des « classiques », on trouve des bateaux qui furent à la pointe du modernisme à leur lancement, dessinés la plupart du temps par de grands architectes pour des propriétaires amateurs, mais suffisamment qualifiés pour barrer leur bateau en course. Stiren, le vainqueur de cette semaine, est un « admiraler » typique des bateaux de Olin Stephens dessinés pour la course au large. Pour sa première participation à la Monaco Classic Week, Stiren remporte la course devant Il Moro di Venezia, un plan Frers lancé en 1975 pour Raul Gardini, et Bufeo Blanco, un plan de Cesare Sangermani lancé en 1963, qui, après une complète restauration à Viareggio en 2006/2007, est revenu dans le circuit des régates où il truste les podiums. 
 
 MCW15mt_03827 (1)
 

Le Concours des Chefs : le Bio et l’agriculture raisonnée à l’honneur

 
Cette compétition gastronomique s’est déroulée sur la journée de jeudi et a connu un vrai succès tant auprès des chefs du bord que du public venu découvrir les plats exposées sur le quai, avant la délibération du Jury. La présence d’Adriana Karembeu, qui siégeait aux côtés du Jury, composé notamment de Christian Plumail (Yacht Club de Monaco), Christian Garcia (palais Princier), Paolo Sari (Monte-Carlo Beach), n’est sans doute pas étrangère à cet enthousiasme soudain pour la cuisine ! Le palmarès voit la consécration des chefs de trois voiliers : Rowdy devant Elena et Corsaro II, le voilier-école italien, avec un coup de cœur, exceptionnellement placé à la 4e place au chef sud-africain Simon White-Law de Sultana, qui sauve l’honneur des motor-yachts ! 
 
 
 
 
 

Palmarès complet

 
Trophée Monaco Classic Week 2015 :      
Vainqueur : Morwena (Robeen Kenyon)
 
Concours d’Elégance          
Vainqueur : Patna (Greg Powlesland)
Prix Spécial canot : Ismaelia II (Stéphane Warny)
 
Prix La Belle Classe Restauration – Toutes Classes
  Vainqueur, toutes classes : Morwena (Robeen Kenyon)
  Vainqueur, Riva : Maud II (Alexander Kurgnasky)
 
Yachts de tradition – catégorie 15 M JI
  1e :                   Mariska (Christian Niels)
  2e :                   The Lady Anne (Richard Le May)                
  3e :                   Tuiga (Pierre Casiraghi)
  4e :                   Hispania (Marcos Garcia Faria)
 
Yachts de tradition – catégorie Epoque AURIQUE
              1er :                  Olympian (Guillaume Fetas)                                                            
  2e :                   Chinook (Jonathan Greenwood)
  3e :                   Eva (Charlotte Franquet)
 
Yachts de tradition – catégorie Epoque Marconi
  1er :                  Manitou (Alex Tilleray) 
  2e :                   Rowdy (Brendan Mac Carty)
  3e :                   Carron II (Nicolas Groux)
 
Yachts de tradition – catégorie Classique
  1er :                  Stiren (Oren Nataf)                
  2e :                   Il Moro di Venezia (Massimiliano Ferruzzi)
  3e :                   Buffeo Blanco (Francesco Manzi)
 
Yachts de tradition – catégorie Big Boat
  1er :                  Elena of London (Steve MacLaren)              
  2e :                   Moonbeam of Fife (Erwan Noblet)
  3e :                   Wayfarer Alfa (Ercole Riva Faccio)
 
Dinghy 12’ (toute classe)
1er :                    Barabba (Vincenzo Penagini)
2e :                     Orietta Mia (Emmanuele Tua)
3e :                     Always AICD (Igor Petukhov)
 
Epreuve de manoeuvrabilité
  1er Riva:           Hatchi (Luca Pagnamenta)
  1er  Canot        Albatros (John Fildes)
 
Epreuve de Navigation A l’estime
  1er :                  Maria Teresa (Fabrizio Lovati)
 
 
 
 
 
« 2 de 7 »
 
Prochains évenements
logo pavillons croisés H 50 PXPrimo Cup - Trophée Credit Suisse

5-7 février 2016

logo pavillons croisés H 50 PXPrimo Cup - Trophée Credit Suisse

12-14 février 2016